Ajouter ce site dans vos favoris -  Flux RSS - Mentions Légales

- Login

Informations sur la page

Dernière modification :
27 septembre 2017
Imprimer cette page

Téléchargements

Des documents ont été mis à votre disposition

(71.1 ko)
Document PDF mis en ligne le 11 décembre 2015

(144.7 ko)
Document PDF mis en ligne le 11 décembre 2015

(186.8 ko)
Document PDF mis en ligne le 11 décembre 2015

SO50KM40 : Sociologie des émotions et intervention sociale

Code du cours : SO50KM40

Intitulé : Sociologie des émotions et intervention sociale

Nombre d’heures : 10 h

Enseignant : M. Nicolas Amadio

Modalités d’examen :
- session 1 : écrit (2h) : tirage au sort entre les 3 cours de 10h - coef.1
- session 2 : écrit (2h) : tirage au sort entre les 3 cours de 10h - coef.1

Plan du cours

Introduction

1. Sociologie des organisations et organisation des émotions

1.1. Théories des motivations et approches sociocognitives des émotions : les émotions comme construits socio-psychologiques

1.2. Apports critiques, méthodologiques et théoriques de la dynamique des groupes a l’étude des émotions

1.3. La question des émotions dans l’analyse stratégique

1.3.1. Le devenir de l’experience émotionnelle des acteurs sous le joug du pouvoir

1.3.2. Des possibilités d’intégration de l’émotion au système d’actions organisées

1.3.3. Identité, culture et émotion dans l’organisation

1.4. Vers une approche socio-psychologique des émotions dans les organisations

1.4.1. L’organisation comme système socio-mental et le système émotionnel : vers la prise en compte de l’autre scène de l’organisation

1.4.2. Les instances de l’organisation et l’angoisse : l’autre scène de l’organisation

2. L’analyse socio-psychologique des formes sociales de l’expérience émotionnelle

2.1. L’expérience émotionnelle entre organisation du travail et travail d’organisation, analyse sociopsychologique de sa participation a la construction de la rationalité organisationnelle.

2.2. L’expérience émotionnelle comme activité de la conscience intentionnelle liée a l’intrication d’ego au monde de la vie quotidienne

2.3. L’organisation comme enclave de sens caractérisée par une rationalité performative et coalescente

3. Travail social : du malaise au mal-être analyse des sentiments psychosociaux au travail

3.1. De la gestion du travail social a l’effritement de la clinique : de nouvelles formes de mise a distance des émotions

3.2. Les expressions du mal-être des travailleurs sociaux

3.3. Reconnaitre le travail émotionnel des travailleurs sociaux pour permettre le travail d’organisation et de mise en sens

Bibliographie

Sciences Humaines et Sociales

ADLER A., 1948, Tempérament nerveux et psychologie comparée des individus, Paris, Payot.

ANSERMET F., MAGISTRETTI P., 2004, Plasticité neuronale et inconscient, Paris, Odile Jacob.

ANZIEU D., 1971, (1984), Le Groupe et l’inconscient. L’imaginaire groupal, Paris, Dunod.

APFELBAUM E., 1981, « Origines de la psychologie sociale en France. Développements souterrains et discipline méconnue », Revue Française de Sociologie, vol. 22, n°3, pp. 397-407.

BARUS-MICHEL J., 1997, « Sens ou efficience. Démarche clinique et rationalité instrumentale », Revue internationale de psychosociologie, vol. 4, n°8, pp. 65-72.

BERGSON Henri, (1888), 1970, Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, PUF.

BERTAUX D., (1997), 2001, Les Récits de vie, Paris, Nathan.

BERTHOZ A., 2003, La Décision, Paris, Odile Jacob.

BESSIN M., 1998, « Le Kaïros dans l’analyse temporelle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n°32, pp. 55-73.

BLANCHET A., 1991, Dire et faire dire : l’entretien, Paris, Armand Colin.

BLAU P., 1964, Exchange and power in social life, New-York, John Wiley.

BOLTANSKI L., 1993, La Souffrance à distance, Paris, Métaillé.

BOLTANSKI L., THEVENOT L., 1991, De la justification. Les Economies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BOUDON R., 1996, « Le sens moral : critique des théories culturalistes et naturalistes des sentiments moraux », Bulletin de la societe française de philosophie, pp. 97-140.

BOUDON R., 2001, « La rationalité du religieux selon Max Weber », L’Année Sociologique, vol. 51, n°1, pp. 9-50.

BOUDON R., 2005, « Le “vernis logique” : à manipuler avec précaution », Revue Française de Sociologie, vol. 46, n°3, pp. 573-581.

BOUTINET J.-P., 2004, Vers une société des agendas. Une mutation de temporalités, Paris, PUF.

BRONNER G., 2007, « La résistance au darwinisme : croyance et raisonnements », Revue Française de Sociologie, vol. 48, n°3, pp. 587-607.

CASTEL R., 2003, L’Insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil.

CASTORIADIS C., 1975, L’Institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

CASTORIADIS C., 1996, La Montée de l’insignifiance, Les carrefours du labyrinthe IV, Paris, Seuil.

CEFAI D., 1998, Phénoménologie et sciences sociales, Alfred Schutz, naissance d’une anthropologie philosophique, Paris, Droz.

CHERKAOUI M., 1997, « Le réel et ses niveaux : peut-on toujours fonder la macrologie sur la micrologie ? », Revue Française de Sociologie, vol. 38, n°3, pp. 497-524.

COLLINS R., 2004, Interaction Ritual Chains, Princeton, Princeton University Press.

Connexions, 2004, « la psychologisation dans la société », n°81.

CUIN C.-H., 2005, « Le paradigme “cognitif” : quelques observations et une suggestion », Revue Française de Sociologie, vol. 46, n°3, pp. 559-572.

DE VISSCHER P., 2001, La Dynamique des groupes d’hier à aujourd’hui, Paris, PUF.

DECHAUX J. H., 2002, « L’action rationnelle en débat. Sur quelques contributions et réflexions récentes », Revue Française de Sociologie, vol. 43, n°3, pp. 557-581.

DEJOURS C., (2000), 2006, Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Paris, Seuil.

DEMAZIERE D., DUBAR C., 1997, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion, Paris, Nathan.

DEPRAZ N., 1999, « Délimitation de l’émotion, approche d’une phénoménologie du cœur », ALTER, n°7, pp. 121-148.

DIET E., 2003, « L’homme procédural. De la perversion sociale à la désubjectivation aliénante », Connexions, n°79, pp. 11-28.

DUBET F., 1994, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

DUBET F., 2002, Le Déclin de l’institution, Paris, Seuil.

DUBET F., 2004, « Critique de la performance comme modèle de justice », in HEILBRUNN B., La Performance, une nouvelle idéologie ?, Paris, La Découverte, pp. 15-27.

EHRENBERG A., 1991, Le Culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy.

EHRENBERG A., 1998, La Fatigue d’être soi, Paris, Odile Jacob.

ELIAS N., (1934), 1985, La Société de cour, Paris, Flammarion.

ELIAS N., (1939), 1973, La Civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy.

ENRIQUEZ E., 1983, De la horde à l’Etat. Essai de psychanalyse du lien social, Paris, Gallimard.

FESTINGER L., 1954, « A theory of social comparison processes », Human Relations, n°7, pp. 117-140.

FREUD S., (1895), 1981, Etudes sur l’hystérie, Paris, PUF.

FREUD S., (1900), 1967, L’Interprétation des rêves, Paris, PUF.

FREUD S., (1905), 1987, Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard.

FREYMANN J.-R., 2005, La Naissance du désir, Strasbourg-Ramonville Saint-Agne, Arcanes et Erès.

FREYMANN J.-R., PATRIS M., (2001), 2003, Du délire au désir. Les dix propriétés de la clinique psychanalytique, Ramonville-Saint-Agne, Erès.

FROMMER S., 2005, « La psychologie expérimentale, la psychiatrie et la psychopathologie dans les écrits méthodologiques de Max Weber », Revue Française de Sociologie, vol. 46, n°4, pp. 762-782.

FUGIER P., 2006, « Un inquiétant sentiment d’étrangeté au principe d’une sociologie hétérodoxe », Interrogations ?, n°2, http://www.revue-interrogations.org

GADREY J., 1994, « La modernisation des services professionnels. Rationalisation industrielle ou rationalisation professionnelle ? », Revue Française de Sociologie, vol. 35, n°2, pp. 163-195.

GAULEJAC (de) V., 1993, « La sociologie et le vécu », in GAULEJAC (de) V., ROY S. (dir.), Sociologies cliniques, Paris, Desclée de Brouwer, pp. 314-325.

GAULEJAC (de) V., 2001, « Sociologues en quête d’identités », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 2, n°111, pp. 355-362.

GAULEJAC (de) V., 2002, « L’Ego sociologicus », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. 2, n°113, pp. 347-351.

GAULEJAC (de) V., 2005, « Ne pas psychologiser les problèmes sociaux. Entretiens avec Vincent de Gaulejac », Gestalt, n°29, pp. 101-115.

GAULEJAC (de) V., HANIQUE F., ROCHE P. (dir.), 2008, La Sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Ramonville-Saint-Agne, Erès.

GAULEJAC (de) V., ROY S., 1993, Sociologies cliniques, Paris, Desclée de Brouwer.

GAULEJAC (de) V., TABOADA LEONETTI I. (dir.), 1994, La Lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer.

GEERTZ C., 2003, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », in CEFAI D., L’Enquête de terrain, Paris, La Découverte, pp. 208-233.

GIDDENS A., (1990), 1994, Les Conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

GIUST-DESPRAIRIES F., 2003, L’Imaginaire collectif, Ramonville-Saint-Agne, Erès.

GIUST-DESPRAIRIES F., LEVY A., NICOLÄ A. (dir.), 1997, La Résistible emprise de la rationalité instrumentale, Paris, Eska.

GOFFMAN E., (1956), 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Editions de Minuit.

GOODY J., (1977), 1979, La Raison graphique. La Domestication de la pensée sauvage, Paris, Editions de Minuit.

GOODY J., 2007, Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La Dispute.

HAROCHE C., 2002, « Discontinuité et insaisissabilité de la personnalité. Le rapport au temps dans l’individualisme contemporain », in ZAWADZKI P., Malaise dans la temporalité, Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 163-172.

HERREROS G., 2007, « L’advènement du sujet », in GAULEJAC (de) V., HANIQUE F., ROCHE P., 2007, La Sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Ramonville Saint-Agne, Erès, pp. 131-148.

HUSSERL E., (1907), 1970, L’Idée de la phénoménologie, Paris, PUF.

ISAMBERT F.-A., 1989, « Alfred Schütz entre Weber et Husserl », Revue Française de Sociologie, vol. 30, n°2, pp. 299-319.

KAES R., 2006, Un singulier pluriel. La psychanalyse à l’épreuve du groupe, Paris, Dunod.

KAUFMANN J.-C., 1992, « Pour une sociologie de l’individu », Revue internationale d’action communautaire, n°67, pp. 21-28.

KAUFMANN L., CLEMENT F., 2008, « Les formes élémentaires de la vie sociale », in DE FORNEL M., LEMIEUX C., Naturalisme versus constructivisme, Paris, EHESS, pp. 7-35.

KAUFMANN P., 1968, Kurt Lewin, une théorie du champ dans les sciences de l’homme, Paris, Vrin.

KRISTEVA J., 1987, Soleil noir. Dépression et mélancolie, Paris, Gallimard.

LAZEGA E., 2003, « Rationalité, discipline sociale et structure », Revue Française de Sociologie, vol. 44, n°2, pp. 305-329

LE BON G., (1895), 1988, Psychologie des foules, Paris, PUF.

LESOURD S., 2006, Comment taire le sujet ? Des discours aux parlottes libérales, Ramonville Saint-Agne, Erès.

LEWIN K., (1931), 1964, « Le conflit dans les modes de pensée aristotélicien et galiléen dans la psychologie contemporaine », in LEWIN K., Psychologie dynamique, les relations humaines, Paris, PUF, pp. 23-64.

LIPPITT R., 1949, Training in Community Relations, New-York, Harper & Brothers.

MEAD G., 1963, L’Esprit, le Soi, la Société, Paris, PUF.

MENDEL G., 1998, L’Acte est une aventure, du sujet métaphysique au sujet de l’actepouvoir, Paris, La Découverte.

MORIN E., 1991, Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF.

MOSCOVICI P., 1988, La Machine à faire des dieux, Paris, Fayard.

MUCCHIELLI L., 1994, « Psychologie et sociologie en France, l’appel à un territoire commun : vers une psyschologie collective (1890-1940), Revue de synthèse, n° 3-4, pp. 445-483.

OLSON M., (1966), 1987, Logique de l’action collective, Paris, PUF.

PAGES M., 2006, L’Implication dans les sciences humaines. Une clinique de la complexité, Paris, L’Harmattan.

ROGERS C., 1945, « The non directive method as a technic for social research », American Journal of Sociology, vol. 50, n°4, pp. 279-283.

ROGERS C., 1970, La Relation d’aide et la psychothérapie, Paris, ESF.

ROSANVALLON P., 1995, La Nouvelle question sociale. Repenser l’Etat-Providence, Paris, Seuil.

SARTRE J.-P., (1943), 1976, L’Etre et le Néant, Paris, Gallimard.

SCHELER M., (1926), 1980, Problems of a Sociology of Knowledge, Londres, Routledge & Kegan Paul.

SCHUTZ A., (1932), 1967, The Phenomenology of the Social World, Evanston, Northwestern University Press.

SCHUTZ A., (1946), 1995, « Le citoyen bien informé », in BLIN T., Phénoménologie et Sociologie Compréhensive. Sur Alfred Schütz, Paris, L’Harmattan, pp. 107-135.

SCHUTZ A., (1951), 2006, « Faire de la musique ensemble. Une étude des rapports sociaux », Sociétés, vol. 3, n°93, pp. 15-28.

SCHUTZ A., (1951), 2007, Essais sur le monde ordinaire, Paris, Le Félin Poche. SCHUTZ A., (1953), 1987, Le Chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck.

SIMMEL G., (1892), 1991, Philosophie de l’amour, Paris, Rivages.

SIMMEL G., (1908), 1999, Sociologie. Recherches sur les formes de la socialisation, Paris, PUF.

TARDE G., (1890), 1979, Les Lois de l’imitation, Genève, Slatkine.

TAYLOR C., (1991), 2002, Le Malaise de la modernité, Paris, Cerf.

TOURAINE A., (1965), 2000, Sociologie de l’action. Essai sur la société industrielle, Paris, Seuil.

WATIER P., 2000, Le Savoir sociologique, Paris, Desclée de Brouwer.

WATIER P., 2002, Une introduction à la sociologie compréhensive, Paris, Circé.

WATIER P., 2007, « Les ressources de l’interprétation sociologique », L’Année Sociologique, vol. 57, n°1, pp. 83-102.

WEBER M., (1905), 1964, L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Emotion

ARNOLD M., 1960, Emotion and personnality, New-York, Columbia University Press.

AUBERT N., 2002, « Les sources de démotivation dans une entreprise publique en mutation », in DUVILLIER T. (éd.), Gérer la motivation dans le secteur public, Paris, L’Harmattan, pp. 93-108.

AVERILL J., 1991, « Emotions as episodic dispositions, cognitive schemas, and transitory social roles : Steps toward an integrated theory of emotion », in OZER D., HEALY J., STEWART A. (eds), Perspectives in personality, London, Jessica Kingsley, pp. 137-165.

BERNARD J., 2007, Emotions et rituels dans le travail des pompes funèbres. Contributions à la sociologie des émotions, Thèse de doctorant en Sociologie, Université de Poitiers.

BONIS (de) M., 1996, Connaître les émotions, Liège, Mardaga.

CANNON W., 1932, The wisdom of the body, New-York, Norton.

CAYAL F., 1995, « La nature des contenus émotionnels », in PAPPERMAN P., OGIEN R. (dir.), La Couleur des pensées. Sentiments, Emotions, Intentions, Paris, EHESS, pp. 83-98.

COSNIER J., 2003, « Les deux voies de communication des émotions », in COLLETTA J.-M., TCHERKASSOF A. (éds), Perspectives actuelles sur les émotions. Cognition, langage et développement, Sprimont, Mardaga, pp. 59-67.

DAMASIO A., (1994), 1995, L’Erreur de Descartes : la raison des émotions, Paris, Odile Jacob,

DAMASIO A., (1999), 2000, Le Sentiment même de soi : corps, émotion, conscience, Paris, Odile Jacob.

DAMASIO A., 2003, Spinoza avait raison : joie et tristesse, le cerveau des émotions, Paris, Odile Jacob.

DARWIN C., (1872), 1981, L’Expression des émotions chez les hommes et les animaux, Bruxelles, Editions Complexes.

DELOYE Y., HAROCHE C. (dir.), 2006, Le Sentiment d’humiliation, Paris, In Press.

DENZIN N., (1984), 2007, On Understanding Emotion, New Brunswick, Transaction Publishers.

DEPRAZ N., 1999, « Délimitation de l’émotion, approche phénoménologique du cœur », ALTER, n°7, pp. 121-148.

DESCARTES R., (1649), 2001, Les Passions de l’âme, Paris, Flammarion.

DESPRET V., 1999, Ces émotions qui nous fabriquent. Ethnopsychologie des émotions, Paris, Les empêcheurs de penser en rond.

EKMAN P., DAVIDSON R. J., 1994, The nature of emotion, Fundamental questions, New-York, Oxford University Press.

FAVRET-SAADA J., 1994, « Weber, les émotions et la religion », Terrain : Les émotions, n°22, pp. 93-108.

FINEMAN S., 2004, « Getting the measure of emotion and the cautionary tale of emotional intelligence », Human Relations, vol. 57, n°6, pp. 719-740.

FRIJDA N., 1986, The Emotions, Cambridge, Cambridge University Press.

FRIJDA N., 1989, « Les théories des émotions : un bilan », in RIME B., SCHERER K., 1989, Les Emotions, Paris, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, p. 21-72.

GAULEJAC (de) V., 1992, « La sociologie et le vécu », Revue Internationale d’Action Communautaire : L’individu, l’affectif et le social, vol. 27, n°67, pp. 15-20.

GAULEJAC (de) V., 1996, Les Sources de la honte, Paris, Desclée de Brouwer.

GIBBARD A., 1990, Sagessse des choix, justesse des sentiments, Paris, PUF.

GOLEMAN D., (1995), 1997, L’Intelligence émotionnelle : comment transformer ses émotions en intelligence, Paris, Robert Laffont.

GORDON S., 1981, « The sociology of sentiments and emotion », in ROSENBERG M., TURNER R. (eds), Social psychology : sociological perspectives, New-York, Basic Books, pp. 562-592.

HALBWACHS M., (1947), 1972, « L’expression des émotions et la société », in HALBWACHS M., Classes sociales et morphologie, Paris, Editions de Minuit, pp. 164-173.

HAMMOND M., 1983, « The sociology of emotions and the history of social differenciation », Sociological Theory, n°1, pp. 90-119.

HAMMOND M., 2004, « The enhancement imperative and group dynamics in the emergence of religion and ascriptive inequality », Advances in Group Processes, n°22, pp. 167 188.

HARRE R., 1986, « An Outline of the Social Constructionist Viewpoint », in HARRE R. (dir.), The Social Construction of Emotions, Oxford, Blackwell, pp. 2-14.

HERITIER F., XANTHAKOU M. (dir.), 2004, Corps et affects, Paris, Odile Jacob.

HOCHSCHILD A., 1983, The Managed Hearth, Berkeley, University of California Press.

IZARD C., 1993, « Organizational and motivational functions of discret emotions », in HAVILAND M. J., LEWIS M. (eds), Handbook of emotions, New-York, The Guilford Press, pp. 631-641.

JAMES W., 1884, « What is an emotion ? », Mind, 9, pp. 188-205.

JEANCLAUDE C., 2002, Freud et la question de l’angoisse, l’angoisse comme affect fondamental, Paris, De Boeck.

KAES R., 2006, « L’affect et les identifications affectives dans les groupes », Champ Psychosomatique, n°41, pp. 59-80.

KEMPER T., 1990, « Social relations and emotions : A structural approach », in KEMPER T., Research agendas in the sociology of emotions, Albany, State University of New-york Press, pp. 207-237.

LANGE C., 1902, Les Emotions. Étude psychophysiologique, Paris, Alcan.

LAZARUS R., COHEN-CHARASH Y., 2001, « Discrete emotions in organizational life », in PAYNE R. L., COOPER C. L. (eds), Emotions at work : theory, research, and applications for management, Chichester, Wiley, pp. 45-81.

LE BRETON D., (1998), 2004, Les Passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Paris, Payot et Rivages.

LEDOUX J., 1989, « Cognitive-emotional interaction in the brain », Cognition and Emotion, n°3, pp. 267-289.

LEVENTHAL H., 1980, « Toward a comprehensive theory of emotion », in BERKOWITZ L. (ed.), Advances in experimental social psychology, vol. 13, New York, Academic Press, pp. 140-208.

LIVET P., 2002, Emotions et rationalité morale, Paris, PUF.

LUHMAN N., 1990, L’Amour comme passion. De la codification de l’intimité, Paris, Aubier.

MAISONNEUVE J., 1969, Les Sentiments, Paris, PUF.

MARROW A., 1972, Kurt Lewin, Paris, ESF.

MIGNONAC K., HERRBACH O., GOND J.-P., 2003, « L’intelligence émotionnelle en question », Revue des sciences de gestion, n°201-202, pp. 93-98.

NAHOUM-GRAPPE V., 1994, « Le transport : une émotion surrannée », Terrain : Les émotions, n°22, pp. 69-78.

NUSSBAUM M, 1995, « Les émotions comme jugements de valeur », in PAPPERMAN P., RUWEN O. (dir.), La Couleur des pensées. Sentiments, Emotions, Intentions, Paris, EHESS, pp. 19-32.

OGIEN R., 1999, « La place des sentiments dans la nature », Critique, Tome LV, n° 625-626, pp. 499-511.

OGIEN R., PAPPERMAN P. (dir.), 1995, La Couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, EHESS.

PAGES M. 1986, Trace ou sens, le système émotionnel, Paris, Hommes et groupes.

PLUTCHIK R., 2002, Emotions and Life, Perspectives From Psychology, Biology, and Evolution, Washington DC, American Psychological Association.

RIME B., 2005, Le Partage social des émotions, Paris, PUF.

SARTRE J.-P., (1939), 2000, Esquisse d’une théorie des émotions, Paris, Hermann.

SCHACHTER S., SINGER J. E., 1962, « Cognitive, social, and physiological determinants of emotional state », Psychological Review, vol. 69, pp. 379-399.

SCHEFF T., 2003, « Shame and self in society », Symbolic Interaction, n°26, pp. 239 262.

SCHELER M., (1923), 1950, Nature et Formes de la sympathie. Contributions à l’étude des lois de la vie émotionnelle, Paris, Payot.

SCHERER K., WRANIK T., SANGSUE J., TRAN V., SCHERER U., 2004, « Emotions in everyday life : probability of occurrence, risk factors, appraisal and reaction pattern », Social Science Information, vol. 43, n°4, pp. 499-570.

SCHURMANS M.-N., 2003, Les Solitudes, Paris, PUF.

SMITH A., (1759), 1999, Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF.

SOARES A., 2000, « Au coeur des services : les larmes au travail », Pistes, vol. 2, n°2, IRSST, http://www.unites.uqam.ca/pistes/v2....

SOARES A., 2002, « Le prix d’un sourire : travail, émotion et santé dans les services », in HARRISSON D., LEGENDRE C., La Santé et la sécurité du travail : nouveaux problèmes et nouvelles approches, Québec, PUQ, pp. 229-250.

SOARES A., 2003, « Les émotions dans le travail », Travailler, vol. 1, n°9, pp. 9-18.

STETS J., TUNER J. (dir.), 2005, The sociology of emotions, Cambridge, Cambridge University Press.

THOITS P., 1990, « Emotional deviance : Research Agendas », in KEMPER T. (ed.), Research agendas in the sociology of emotions, Albany, State University of New-York Press, pp. 180-203.

TOMKINS S., 1995, « Modifications in the theory – 1978 », in DEMOS V. E. (ed.), Exploring Affect, The selected writings of Silvan S. Tomkins, Cambridge, Cambridge University Press.

VALINS S., 1969, « Maintenance of self-attributed and drug-attributed behavior change », Journal of Personality and Social Psychology, n° 1, pp. 25-33.

VAN HOOREBEKE D., 2005, « Quand l’organisation veut imposer des émotions à ses membres : processus, pratiques managériales et effets du travail émotionnel », in DELOBBE N., HERRBACH O., LACAZE D., MIGNONAC K., Comportement organisationnel, vol. 1, Paris, De Boeck, pp. 223-265. VIEIRA M. A., 1998, L’Ethique de la passion, Rennes, PUR.

VYGOTSKY L., (1933), 1998, Théorie des émotions : étude historico-psychologique, Paris, L’Harmattan.

WATIER P., 2002, « La place des sentiments psychosociaux dans la sociologie de G. Simmel », in DEROCHE-GURCEL L., WATIER P. (dir.), La Sociologie de Georg Simmel (1908). Eléments actuels de modélisation sociale, Paris, PUF, pp. 217-240.

WATIER P., 2008, Eloge de la confiance, Paris, Belin.

Organisation, Travail, Motivation et Action Collective

ABECASSIS F., ROCHE P. (dir.), 2001, Précarisation du travail et lien social. Des hommes en trop ?, Paris, L’Harmattan.

ALTER N., 1993, « Innovation et organisation : deux légitimités en concurrence », Revue Française de Sociologie, vol. 34, n°2, pp. 175-197.

ALTER N., 1993, « La lassitude de l’acteur de l’innovation », Sociologie du travail, vol. 35, n°4, pp. 447-468.

AUBERT N., GAULEJAC (de) V., 1991, Le Coût de l’excellence, Paris, Seuil.

BERNARD S., VATIN P. (dir.), 2007, Le Salariat. Théorie, histoire et formes, Paris, La Dispute.

BERNOUX P., 2004, Sociologie du changement dans les entreprises et les organisations, Paris, Seuil.

BUSCATTO M., LORIOL M., WELLER J.-M. (dir.), 2008, Au-delà du stress au travai. Une sociologie des agents publics au contact des usagers, Ramonville Saint-Agne, Erès.

CLOT Y., 1999, La Fonction psychologique du travail, Paris, PUF.

CORIAT B., (1979), 1994, L’Atelier et le chronomètre, Paris, Christian Bourgois.

CROZIER M., 1963, Le Phénomène bureaucratique, Paris, Seuil.

CROZIER M., 1970, La Société bloquée, Paris, Seuil.

CROZIER M., 2000, A quoi sert la sociologie des organisations ?, tome I, Paris, Arslan.

DEJOURS C., (1980), 2000, Travail usure mentale. De la psychopathologie à la psychodynamique du travail, Paris, Bayard.

DEJOURS C., 1995, Le Facteur humain, Paris, PUF.

DEJOURS C., 2003, L’Evaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, Paris, INRA.

DEJOURS C. (dir.), 2007, Conjurer la violence. Travail, violence et santé, Paris, Payot.

DUBET F., 2002, Le Déclin de l’institution, Paris, Seuil.

ENRIQUEZ E., 1992, L’Organisation en analyse, Paris, PUF.

ENRIQUEZ E., 1997, Les Jeux du pouvoir et du désir dans l’entreprise, Paris, Desclée de Brouwer.

ENRIQUEZ M., 1984, Aux carrefours de la haine, Paris, EPI.

FERRERAS I., 2007, Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Paris, PFNSP.

FRIEDBERG E., (1993), 1997, Le Pouvoir et la règle, Paris, Seuil.

FRIEDMANN G., 1964, Le Travail en miettes, Paris, Gallimard, NRF.

GAULEJAC (de) V., 2005, La Société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Seuil.

HANIQUE F., 2004, Le sens du travail. Chronique de la modernisation au guichet, Ramonville-Saint-Agne, Erès.

HERREROS G., 2008, Au-delà de la sociologie des organisations. Sciences sociales et intervention, Ramonville Saint-Agne, Erès.

HERZBERG F., 1976, Managerial choice. To be efficient and to be human, Irvin, Dow Jones.

HOCHSCHILD A., 2002, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, Revue Internationale de Psychopathologie et de Psychodynamique du Travail, n°9, pp. 19-50.

INGLEHART R., 1977, The silent revolution. Changing values and political styles among western publics, Princeton, Princeton University Press.

IRIBANE (d’) P., 2005, « Analyse stratégique et culture : un nécessaire retour aux sources », Revue Française de Sociologie, vol. 46, n°1, pp. 151-170.

JOUNIN N., 2008, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte.

LAÏDI Z., 1998, « L’urgence comme dévalorisation culturelle de l’avenir », in SOULET M.-H. (dir.), Urgence, Souffrance, Misère, Lutte humanitaire ou politique sociale, Fribourg, EUFS, pp. 43-61.

LALLEMENT M., 2007, Le Travail. Une sociologie contemporaine, Paris, Gallimard.

LAVAL C., 2008, « Travail des affects et pratique transformatrice : de la psychiatrie à la santé mentale », in BUSCATTO M., LORIOL M., WELLER J.-M. (dir.), Au-delà du stress au travail. Une sociologie des agents publics au contact des usagers, Ramonville Saint-Agne, Erès, pp. 75-89.

LAVILLE J.-L., 2005, Sociologie des services. Entre marché et solidarité, Ramonville-Saint-Agne, Erès.

LAVILLE J.-L., SAINSAULIEU R. (dir.), 1997, Sociologie de l’association, des organisations à l’épreuve du changement social, Paris, Desclée de Brouwer.

LHUILIER D., (2006), 2007, Cliniques du travail, Ramonville Saint-Agne, Erès.

LINHART D. (dir.), 2008, Pourquoi travaillons-nous ? Une approche sociologique de la subjectivité au travail, Ramonville-Saint-Agne, Erès.

LINHART D., 2005, « Le contrat de travail salarié : un quiproquo fondamental », in LINHART D., MOUTET A. (dir.), Le Travail nous est compté. La Construction des normes temporelles du travail, Paris, La Découverte, pp. 7-20.

LORIOL M., 2000, Le Temps de la fatigue. La gestion sociale du mal-être au travail, Paris, Anthropos.

MARCH J. G., SIMON H. A., (1958), 1991, Les Organisations, Paris, Dunod. MARTUCCELLI D., 2004, « Figures de la domination », Revue Française de Sociologie, vol. 45, n°3, pp. 469-497.

MASLOW A. H., 1954, Motivation and Personality, New York, Harper and Row.

MAYO E., 1949, The social problems of an industrial civilisation, Londres, Routledge and Kegan Paul.

MILBURN P., 2002, « La compétence relationnelle : maîtrise de l’interaction et légitimité professionnelle », Revue Française de Sociologie, vol. 43, n°1, pp. 47-72.

MINTZBERG H., (1983), 1986, Le Pouvoir dans les organisations, Paris, Editions d’Organisation. MONTMOLLIN (de) M., 1981, Le Taylorisme à visage humain, Paris, PUF.

PAGES M., BONETTI M., GAULEJAC (de) V., DESCENDRE D., (1979), 1998, L’Emprise de l’organisation, Paris, Desclée de Brouwer.

PAUGAM S., 2000, Le Salarié de la précarité, Paris, PUF.

PILLON T., VATIN F., (2003), 2007, Traité de sociologie du travail, Paris, Octarès.

PIOTET F., SAINSAULIEU R., 1994, Méthodes pour une sociologie de l’entreprise, Paris, PFNSP.

PORTER L. W., LAWLER E., 1968, Managerial Attitudes and Performance, Homewood, Dorsey Press. POSTIC M., 1979, La Relation éducative, Paris, PUF. RENAULT E., 2007, « Reconnaissance et travail », Travailler, vol. 2, n°18, pp. 119-135.

REYNAUD J.-D., 2001, « Création des règles et régulation sociale », in

SAINSAULIEU R., 2001, Des sociétés en mouvement, la ressource des institutions intermédiaires, Paris, Desclée de Brouwer.

SALMAN S., 2008, « Fortune d’une catégorie : la souffrance au travail chez les médecins du travail », Sociologie du Travail, n°50, pp. 31-47.

SALVADOR J., 2006, « Le combat de l’organisation et de l’institution », SociologieS, AISLF, vol. 1, document en ligne.

SENETT R., 2000, Le Travail sans qualité, Paris, Albin Michel.

UHLADE M. (dir.), 2001, L’Intervention sociologique en entreprise. De la crise à la régulation sociale, Paris, Desclée de Brouwer.

VATIN F., 1987, La Fluidité industrielle, Paris, Méridiens Kliencksieck.

VROOM V. H., 1964, Work and Motivation, New-York, John Wiley and Sons. WARIN P., 1993, « Les relations de service comme régulations », Revue Française de Sociologie, vol. 39, n°1, pp. 69-95.

WEICK K., 1995, Sensemaking in organizations, London, Sage.

ZARIFIAN P., 1998, « Le travail sous l’emprise de la gestion », Travailler, n°1, pp. 41-54.

Travail Social ABALLEA F., 1996, « Crise du travail social, malaise des travailleurs sociaux », Recherches et Prévisions, n°44, pp. 11-23.

DONZELOT J. (dir.), Face à l’exclusion, le modèle français, Paris, Editions Esprit, pp. 59-81.

AUTES M., 1996, « Le travail social indéfini », Recherches et Prévisions, n°44, pp. 1-10.

AUTES M., 1999, « Il faut repolitiser le social », Actualités Sociales Hebdomadaires, n°2116, pp. 21-22.

AUTES M., 1999, Les Paradoxes du travail social, Paris, Odile Jacob.

BAJOIT G., 2005, « La place de la violence dans le travail social », Pensée plurielle, n°10, pp. 119-136.

BESSIN M., 2005, « Le travail social est-il féminin ? », in ION J. (dir.), Le Travail social en débat(s), Paris, La Découverte, pp. 152-169.

BIGOT F., RIVARD T., 2001, « D’une régulation centrale à une régulation locale », Informations Sociales : les métiers du social, n°94, pp. 4-13.

BOUJUT S., 2005, « Le travail social comme relation de service ou la gestion des émotions comme compétence professionnelle », Déviance et Société, vol. 29, n°2, pp. 141-153.

BOUQUET B., 2007, « Le travail social à l’épreuve. Face aux défis, dynamiques et reconquête de sens… », EMPAN, n°68, p. 35-42.

BOUTANQUOI M., 2004, « Travail social, psychologisation et place du sujet », Connexions, n°81, pp. 75-87.

BOUTINET J.-P., 2006, « Travail social entre inflation de projets et mutations de temporalités », in BIARNES J., DELORY-MOMBERGER C. (éds), Le Sujet et l’évaluation des politiques sociales, Nantes, Pleins Feux, pp. 53-67.

BRESSON M. (dir.), 2006, La Psychologisation de l’intervention sociale : entre mythes et réalités, Paris, L’Harmattan.

CASTEL R., 1995, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

CASTEL R., 1998, « Du travail social à la gestion sociale du non travail », Esprit, n°3-4, pp. 28-45.

CHATEL V., SOULET M.-H., 2001, « L’exclusion, la vitalité d’une thématique usée », Sociologie et Sociétés, vol. 33, n°2, pp. 175-202.

CHAUVIERE M., 2007, Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation, Paris, La Découverte.

CHOPART J. N. (dir.), (1997), 2000, Les Mutations du travail social. Dynamiques d’un champ professionnel, Paris, Dunod.

COUSIN O., 1996, « Les mutations du travail social : de la transformation du public aux changements dans les modes de prise en charge », Sociologie du travail, n°2, pp. 141-161.

DELCROIX C., 2004, « Ressources subjectives et construction d’un capital d’expérience biographique : l’exemple des médiatrices socio-culturelles », in DARDY C., FRETIGNE C. (coord.), L’Expérience professionnelle et personnelle en questions, Paris, L’Harmattan, pp. 83-116.

DEMAILLY L., 1998, « Les métiers relationnels de service public : approche gestionnaire, approche politique », Lien social et politiques, n°40, pp. 17-24.

DENIS B. (dir.), 2008, Problèmes Politiques et Sociaux, « L’intérêt général à l’épreuve du pluralisme », n°946.

DOMINICIE P., 2006, « Le travail social entre perte d’âme et quête de sens », in BIARNES J., DELORY-MOMBERGER C. (éds), Le Sujet et l’évaluation des politiques sociales, Nantes, Pleins Feux, pp. 70-83.

DUBET F., 1998, « Une fonction sociale généralisée », Esprit, A quoi sert le travail social ?, n°3-4, pp. 90-110.

DUBET F., VERETOUT A., 2001, « Une réduction de la rationalité de l’acteur. Pourquoi sortir du RMI ? », Revue Française de Sociologie, vol. 43, n°3, pp. 407-436.

DUBOIS V., (1999), 2003, La Vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica.

DUBOIS V., 2005, « Le guichet des organismes sociaux ou l’institution des pauvres », in ION J. (dir.), Le Travail social en débat(s), Paris, La Découverte, pp. 205-218.

Esprit, 1972 « Pourquoi le travail social ? », n°4-5.

Esprit, 1998, « A quoi sert le travail social ? », n°3-4.

FOUCART J., 2005, « Relation d’aide, fluidité sociale et enjeux symbolico-identitaires », Pensée Plurielle, n°10, pp. 97-117.

FUSTIER P., 1999, Le Travail d’équipe en institution, Paris, Dunod.

FUSTIER P., 2000, Le Lien d’accompagnement. Entre don et contrat salarial, Paris, Dunod.

GARATE-MARTINEZ I., 2003, L’Institution autrement. Pour une clinique du travail social, Ramonville Saint-Agne, Erès.

GARBARINI J., 1997, Relation d’aide et travail social, Paris, ESF.

GAULEJAC (de) V., 2006, « La part maudite du management : l’idéologie gestionnaire », Empan, n°61, pp. 30-35.

GAULEJAC (de) V., BONETTI M., FRAISSE J., 1995, L’Ingénierie sociale, Paris, Syros.

HELY M., 2008, « Servir l’intérêt général ou produire de l’utilité sociale ? Avenir de la fonction publique et marché du travail associatif », Les Mondes du Travail, n°5, pp. 23-37.

ION J., (1990), 1996, Le Travail social à l’épreuve du territoire, Paris, Privat.

ION J. (dir.), 2005, Le Travail social en débat(s), Paris, La Découverte.

ION J., (1998), 2006, Le Travail social au singulier. La fin du travail social ?, Paris, Dunod.

KLINGER M., 1995, « Relations de service et sentiment de confiance », Sociétés, n°48, pp. 151-161.

LADSOUS J., 2006, « L’usager au centre du travail social. Représentation et participation des usagers », Empan, n°64, pp. 36-45.

LAVAL C., RAVON B., 2005, « Relation d’aide ou aide à la relation », in ION J. (dir.), Le Travail social en débat(s), Paris, La Découverte, pp. 235-250.

MELCHIOR J.-P., 2008, « L’intensification du travail : une atteinte à l’éthique professionnelle des travailleurs sociaux », in LINHART D. (dir.), Pourquoi travaillons-nous ? Une approche sociologique de la subjectivité au travail, Ramonville Saint-Agne, Erès, pp. 159-182.

MIAS C., 1998, L’Implication professionnelle dans le travail social, Paris, L’Harmattan.

MOUSSU G., 2005, « Sociologie de la modernité et travail social », in MOUSSU G. (dir.), Travail social et sociologie de la modernité, Paris, Seli Arslan, pp. 14-35.

RAVON B., 2003, « Le travail social », Cahiers de La documentation Française, n°890, pp. 77-78.

SANCHEZ J.-L., 1996, Action sociale : la décentralisation face à la crise, Paris, Odas.

SOULET M.-H., 2005, « Une solidarité de responsabilisation ? », in ION J. (dir.), Le Travail social en débat(s), Paris, La Découverte, pp. 86-103. STROBEL P., 1993, « L’usager, le client et le citoyen : quels rôles dans la modernisation du service public ? », Recherches et Prévisions, n°32, pp. 31-44.

WORMS J.-P., 2006, « Le management sauvera-t-il le service public ? », Empan, n°61, pp. 12-19.

Mots clés