Ajouter ce site dans vos favoris -  Flux RSS - Mentions Légales

- Login

Informations sur la page

Dernière modification :
17 octobre 2016
Imprimer cette page

Téléchargements

Des documents ont été mis à votre disposition

progr-biblio-lamine-pragmatisme-2016-17 (163 ko)
Document PDF mis en ligne le 11 septembre 2016

Tableaux-epistemo-seance6 (114.5 ko)
Document PDF mis en ligne le 3 novembre 2014

Plan-biblio-1ère partie (75.1 ko)
Document PDF mis en ligne le 15 septembre 2014

Plan du cours d’épistémologie - A.S. Lamine (66.4 ko)
Document PDF mis en ligne le 2 décembre 2012

citations-cours4-lamine-épist (60.5 ko)
Document PDF mis en ligne le 8 novembre 2010

biblio-épistémo-lamine (66 ko)
Document PDF mis en ligne le 13 septembre 2010

SO10GM40 : Epistémologie des Sciences sociales : pragmatisme et sociologie

Code du cours : SO10GM40

Intitulé : Épistémologie des Sciences sociales - Pragmatisme et sociologie

Nombre d’heures : 24h

Enseignants : M. Pascal HINTERMEYER pour la partie "Épistémologie des Sciences sociales" (12h) en alternance avec Mme. Anne-Sophie LAMINE pour la partie "Pragmatisme et sociologie" (12h)

Alternances/dates : (le lundi de 14h à 16h, Amphi 5) (pas de cours le 31/10/16)
- 19/9, 3/10, 17/10, 14/11, 21/11 et 5/12/2016 pour la partie "Épistémologie des Sciences sociales" (P. Hintermeyer)
- 12/9, 26/9, 10/10, 7/11, 28/11 et 12/12/2016 pour la partie "Pragmatisme et sociologie" (pas de séance le 31/12/2016) (A.S. Lamine) (NB des erreurs de dates sur le programme-bilbio papier distribué au 1er cours, ce sont ces dates qui sont exactes)

Modalités d’examen :
- session 1 : 1 écrit (3h) pour tous y compris les dispensés - début janvier 2017 de 14h à 17h - amphi 5 Patio
- session 2 : 1 écrit (3h) pour tous y compris les dispensés
- EXAMEN ÉCRIT DE LA SESSION 2 : xxx

COURS 2016-2017 - Partie "Épistémologie des Sciences sociales" (M. Pascal HINTERMEYER)

Objectifs du cours

Le cours pose le problème de l’unité et de la complémentarité des sciences sociales en envisageant les approches centrées sur la diversité humaine, sur les relations d’interdépendance et sur la quantification des données sociales. Il développe les principes d’une épistémologie constructiviste. Les conditions de possibilité des sciences sociales sont rapportées aux processus de rationalisation des sociétés et à leurs limites. Ils permettent de préciser quelle rationalité est à l’œuvre dans les sciences sociales et comment elle donne lieu à des innovations.

Bibliographie préalable

- Lepenies W, Les 3 cultures, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1990
- Weber M., Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965
- Javeau C., La société au jour le jour, Bruxelles, De Boeck, 1991
- Dogan M. et Pahre R., L’innovation dans les sciences sociales, Paris, P.U.F., 1991

COURS 2016-2017 - Partie "Pragmatisme et sociologie. : Sociologie de la créativité, de l’expérience et de la participation" (Mme. Anne-Sophie LAMINE)

à partir notamment de Hans Joas (La créativité de l’agir), John Dewey (Le public et ses problèmes ; la formation des valeurs), Michel de Certeau (L’invention du quotidien)

Plan du cours et bibliographie :
- voir fiche à télécharger, colonne de gauche (comporte le programme et la bibliographie)

POUR CETTE PARTIE DU COURS, UTILISATION DE LA PLATEFORME MOODLE, AVEC DOCUMENTS EN LIGNE

- TEXTES SUR MOODLE : *** PRIORITAIRES ; **, * COMPLEMENTAIRES.
- ° BIBLIOTHEQUE OU EN LIGNE (CAIRN,…)

- SEANCE 1 – 12/9/2016 - INTRODUCTION, QU’EST-CE QUE LE PRAGMATISME, QU’EST-CE QUE LA SOCIOLOGIE PRAGMATIQUE ? L’influence du courant pragmatiste américain sur l’École de Chicago et sa redécouverte récente par des socio-logues et des philosophes (P1) ; héritages et spécificités de la sociologie pragmatique française (P2). Convergences.
- ***BARTHE Yannick et al., 2013, « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, 103, p. 175-204 (important pour séance 3 et 6, P2)
- *** CEFAÏ Daniel, 2009, « Comment se mobilise-t-on ? L’apport d’une approche pragmatiste à la sociologie de l’action collective », Sociologie et sociétés 41/2, p. 245-269. (texte très important et très clair, a lire d’ici la séance 3, P1).
- *** JOAS Hans, 2001 [1995], « La créativité de l’agir », in Théories de l’action et éducation, Bruxelles, De Boeck, p. 27-43 (comment le sociologue allemand définit les limite des théo-ries de l’action rationnelle, P1).
- ° JOAS Hans, 1999 [1992], La créativité de l’agir, Paris, Cerf.
- * LAVERGNE Cécile et Thomas MONDEME, « Pragmatismes : vers une politique de l’action située », Tracés. Revue de Sciences humaines, 15, 2008, p. 5-22.
- * PUDAL Romain, 2008, « La sociologie française est-elle pragmatist compatible ? » Tracés, 2, p. 25-45.

- SEANCE 2 – 26/9/2016 - LA SOCIOLOGIE PRAGMATIQUE FRANÇAISE : BOLTANSKI, THEVENOT…
- ° BOLTANSKI Luc et THEVENOT Laurent, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.
- *** BREVIGLIERI Marc, STAVO-DEBAUGE Joan, 1999, « Le geste pragmatique de la sociologie française. Autour des travaux de Luc Boltanski et Laurent Thévenot », Antropolítica 7, p. 7-22. (cet article ou Thévenot, 1996, donne une bonne introduction à De la justification ; si vous ne l’avez pas étudié, lire un de ces deux article avant la séance 2)
- * BREVIGLIERI Marc et Danny TROM, 2003, « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et habitantes de la ville », in D. Céfaï et D. Pasquier (dir), Les sens du public : publics politiques et médiatiques, Paris, PUF, 399-416.
- ** NACHI Mohamed, 2006, Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Armand Colin, ch. 1.
- * LAFAYE, Claudette et Laurent THEVENOT, 1993, « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, 34/4 p. 495-524.
- *** THEVENOT Laurent, 1996, « Justification et compro-mis », in CANTO-SPERBER Monique (dir.) Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale , Paris, PUF, p. 789-794.
- *** TIRONI Martín, 2012, « Mettre l’écologie en mouve-ment. Les controverses aux origines du projet Vélib’ », Tra-cés, 22, p. 65-83 (Comprendre pourquoi les écolos se sont opposés au « vélos publics » à Paris).

- SEANCE 3 – 10/10/2016 – COMMENT SE MOBILISE-T-ON, A QUOI TIENT-ON ? DEWEY, LE PUBLIC, LA VALUATION
- *** CEFAÏ Daniel, 2009, cf séance 1, lecture indispensable
- ° DEWEY John, 2010 [1927], Le public et ses problèmes, tr. J. Zask, Paris, Folio, Gallimard (en part. « La recherche du public » et « La recherche de la grande communauté »)
- *** STAVO-DEBAUGE Joan, TROM Danny, 2004, « Le prag-matisme et son public à l’épreuve du terrain. Penser avec De-wey contre Dewey » in B. Karsenti & L. Quéré (dir.) La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Raisons Pratiques, 15.
- ** ZASK Joëlle, 2010 [2003], « La politique comme expéri-mentation. Introduction », in DEWEY John, Le public et ses problèmes, Paris, Folio, Gallimard (une introduction limpide).

- SEANCE 4 – 14/11/2016 –A QUOI TIENT-ON ? DEWEY, LA VALUATION
- *** BIDET Alexandra, 2008, « La genèse des valeurs : une affaire d’enquête », Tracés. [En ligne], 15.
- ° BIDET Alexandra, 2011, L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ? Paris, PUF.
- ** BIDET Alexandra, 2010, « Qu’est-ce que le vrai boulot ? Le cas d’un groupe de techniciens », Sociétés contemporaines, 78/2, p. 115-135.
- ** BIDET Alexandra, 2011, « La multi-activité, ou le travail est-il encore une expérience ? » Communications, 2, p. 9-24.
- ** BIDET Alexandra, QUERE Louis, TRUC Gérôme, 2011, « Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des valeurs », in DEWEY J., 2011, La formation des valeurs, Paris, La découverte, p. 5-64. - ° DEWEY John, 2011 [1944], La formation des valeurs (traduit par A. Bidet, L. Quéré, G. Truc), Paris, La découverte. « Quelques questions sur la valeur », p. 221-235.
- ** DEWEY John, 2008 [1939], « La théorie de la valuation », [En ligne], 15, p. 217-228 (ou ch. complet dans l’ouvrage)
- ** QUERE Louis, 2012, « Le travail des émotions dans l’expérience publique : Marées vertes en Bretagne », Raisons pratiques, 22, p. 135-162.
- ° MEAD George Herbert, 2006 [1934], L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF (soi et l’autrui significatif p. 207-281).

- SEANCE 5 – 28/11/15 EXPERIENCE DE L’ART, ART DE VIVRE, SHUSTERMAN- INVENTION DU QUOTIDIEN, DE CERTEAU
- *** CERTEAU (DE) Michel, 1990 [1980]. « Les cultures po-pulaires », « Faire avec : usages et tactiques », « Crédibilités politiques », in L’invention du quotidien, Paris, Folio, Gallimard p. 31-49, p. 50-68 et p. 259-275.
- * MAIGRET Éric, 2000, « Les trois héritages de Michel de Certeau », Annales, 3, p. 511-549.
- * PROULX Serge, 1994, « Une lecture de l’œuvre de Michel de Certeau : l’invention du quotidien, paradigme de l’activité des usagers » Communications 15/2, p.171-197.
- ° SHUSTERMAN, Richard. L’art à l’état vif : la pensée prag-matiste et l’esthétique populaire. Ed. de Minuit, 1991.

- SEANCE 6 – 12/12/15 ANTHROPOLOGIE SYMETRIQUE, LATOUR ; SOCIOLOGIE DES ATTACHEMENTS, HENNION
- ESQUERRE Arnaud, LAZARUS Jeanne, 2012, « Le diplomate de la Terre. Entretien avec B. Latour », La Vie des idées, 18/09.
- ** Hennion Antoine, 2015, « Qu’est-ce qu’un bon vin ? ou comment intéresser la sociologie à la valeur des choses… », i3 Working Papers Series, 15-CSI-01.
- ° LATOUR Bruno, 1992, Nous n’avons jamais été modernes Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.
- — 2000, « Factures/ fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement, In : Micoud A., Peroni M. (dir.), Ce qui nous relie, La Tour d’Aigues, L’Aube, p. 189-207.
- ° —, 2012, Enquête sur les modes d’existence : une anthro-pologie des modernes. La Découverte.
- ° franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-con-naissance-actualite-philosophique-bruno-latour-2013-11-22

COURS 2013-2014 - Partie de Mme Ferrarese

Objectifs du cours

L’objectif de cette partie du cours d’épistémologie est de montrer comment les conditions et les modalités de production des faits scientifiques en sciences sociales s’inscrivent dans le champ scientifique plus large, face aux sciences de la nature.

On s’intéressera aux théories qui en sociologie et en anthropologie se sont appuyées sur les sciences de la vie (naturalisme causal et analogique ou emprunts plus limités), depuis le 19ième siècle en abordant deux grands moments naturalistes. Le premier, à la fin du 19e siècle, s’articule autour des concepts d’organisation et de classification. Le second débute dans les années 1970 (Wilson) et se développe en s’appuyant sur les notions de gène et de sélection (Sperber).

On abordera également la manière dont la question de la place de la nature dans le discours de la sociologie perce dans diverses écoles sociologiques (interactionnisme, sociologie de Latour, etc.), et les réactions qu’elle suscite.

Pour conclure, on montrera comment les diverses approches épistémologiques mènent à des pôles (naturaliste, intentionnaliste...) et à des schèmes différents (causal, fonctionnel, évolutionniste...) (Berthelot).

Bibliographie

- Bernardini Jean-Marc, « Des sciences de la vie aux sciences de l’homme :le darwinisme social au XIXe siècle comme analyseur de situation », in Pharo P., L’homme et le vivant, Paris, PUF, 2004, pp. 203-237
- Berthelot Jean-Michel, « Programmes, paradigmes, disciplines. Pluralité et unité des sciences sociales », in Berthelot J.M.(dir.), Epistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, 2001, pp. 458-519.
- Céfaï Daniel, « La naturalisme dans la sociologie américaine. Genèse de la perspective de l’École de Chicago », Revue du Mauss, n°17, 2001, pp. 261-274
- Guillo Dominique, « Les théories néo-darwiniennes de la société et de la culture humaines », Sciences humaines, n°119 août-septembre 2001.
- Guillo Dominique, Sciences sociales et sciences de la vie, Paris, PUF, 2000.
- Latour Bruno, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 1999
- Pharo Patrick, « Nature, culture et significations dans les théories de l’homme » in Pharo P., L’homme et le vivant, Paris, PUF, 2004, pp. 25-53

Mots clés